Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 16:15

 

Mots-clefs :

Comité de Soutien Quimperlois des Opposants au Projet d’Aéroport à Notre-Dame-des-Landes (CS NDDL Quimperlé)  /  GPI : Grands Projets Inutiles / Elections Municipales des 23 et 30 Mars 2014 / COCOPAQ : Communauté de Communes du Pays de Quimperlé (16 communes).

 

 

Doëlan, samedi 22 mars 2014

 

 

089r enUne-Blog ED Doëlan 22-03-14 

Montage-photos pour "lebloged-environnementdoelan" avec :


. l'article en "Une" du Télégramme du 21-03-14 "Les clés du scrutin",

. l'éditoral de Michel Urvoy "Les vrais enjeux des municipales" en Une de Ouest-France du 20-03-14,

. le sondage "Municipales : qu'est-ce qui préoccupe les Francais" p. 5 de Ouest-France du 19-03-14,

. le livret de l'ACIPA "Les arguments CONTRE le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

. la couverture du Petit Livre Noir des Grands Projets Inutiles - 2e édition mise à jour : Mars 2014

 

 

Préambule

 

Après une certaine « éclipse » de publication (et bien que les textes en projets/brouillons soient toujours en quantité non négligeable !), ce blog évoque aujourd’hui deux évènements d’actualité qui sont liés :

 

-    le « redémarrage » récent du « Comité du Pays de Quimperlé des Opposants     au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-landes »

 

-     les Elections Municipales des 23 et 30 mars 2014.

 

En effet, le « dossier NDDL », concentre plusieurs des problèmes de notre société – notamment les problèmes environnementaux mais pas seulement car il faut y inclure fondamentalement les aspects économiques, le tout renvoyant au « politique » - et comme tel intéresse naturellement la vie démocratique.

 

Anecdote : Lors de la distribution de tracts sur le Marché de Quimperlé le samedi 15 Février 2013 par des membres du CS NDDL local, les passants ont plusieurs fois réagi en comparant notre présentation du projet d'aéroport "nuisible pour l'environnement et fort coûteux pour les contribuables" ... au problème récent des inondations de la Laïta "pour lesquelles on n'a pas suffisamment d'argent pour appliquer des solutions ... alors qu'on en trouve pour construire un vaste centre d'intercommunalité" !

 

On retiendra aussi que dans le sondage IFOP paru dans Ouest-France du 19-03-2014 concernant les préoccupations des Français à l'heure des Municipales, "la fiscalité, les impôts locaux" et "le cadre de vie et l'environnement" tiennent les deux premières places :

 

003r OF 19-03-14 p5 - Municipales préoccupations des Fran

 

Photo des résultats du sondage IFOP publié dans Ouest-France du 19-03-14 en page 5

 

 

Le dossier NDDL - environnemental, économique et politique - n'est donc pas "anodin" ou 'hors sujet" comme certains voudraient le faire croire !


On trouvera dans la suite :

 

-          les éléments de la réunion de ré-organisation du « CS NDDL Quimperlé » qui s’est tenue au Coat-Ker avant-hier jeudi 20 mars 2014 ;

 

-          le texte de la « Lettre Ouverte » du « CS NDDL Quimperlé » aux « Têtes de listes des élections municipales du Pays de Quimperlé » (qui, de fait, a été rédigée et diffusée quelques jours avant la réunion générale du 20 mars, comme premier élément de « redémarrage »)  ;

 

-        le texte à la fois ironique et « de fond » d’Alain Devalpo paru dès 2012 dans Le Monde Diplomatique à propos des « Grands Projets Inutiles » ;

 

-          enfin,« Pour en savoir encore plus » sur ce dossier « NDDL » des liens vers des sites qui sont, selon les cas, « anti » ou « pro » aéroport Nddl, devoir d'objectivité oblige !

 

 

o

o     o

 

 

La réunion du « CS NDDL Quimperlé » du 20 mars 2014

confortant son « redémarrage »

 

 

Pour mémoire :

 

Le « CS NDDL Quimperlé » - l’un des 200 comités existants à ce jour - a été créé le 22 Novembre 2012 (voir sur ce blog :  Conflit ND-des-Landes : Dernières infos & Comités de soutien ) et a évolué ainsi :

 

Ses membres ont réalisé en 2012 et 2013 des actions locales de diffusion d’informations et de débat sur ce projet contestable de nouvel aéroport, ont apporté aux divers habitants de la « ZAD » les aides nécessaires (matériels et moyens divers) et participé aux grands rassemblements à Nantes et dans le bocage.

 

Une pause de l’activité du comité en tant que tel a eu lieu quelques mois entre l’Eté 2013 et le début 2014.

 

Le redémarrage est effectif depuis ce mois de mars 2014 pour ne pas lâcher la pression en vue de l’abandon définitif de ce « grand projet inutile » … surtout après la scandaleuse attitude des responsables de la Préfecture de Nantes et du Ministère de l’Intérieur lors de la manifestation du 22 Février 2014 (voir sur ce blog : NDDL-Manif Nantes : Lettre Ouverte de F. Verchère à M. Valls).

 

 

Le redémarrage récent du « CS NDDL Quimperlé avait débuté par  la rédaction - en petit collectif puis validation par la liste des membres – du 5 au 10 mars, de la Lettre Ouverte ci-dessous, et s’est conforté ensuite avec la réunion au Coat-Ker  qui s’est tenue avant-hier jeudi 20 Mars avec cet ordre du jour :

 

1/ le point sur le mouvement d’opposition dont les évènement du 22 Février et ce qu’on peut « attendre » de l’Etat et de Vinci à court et moyen-terme ; 2/ un témoignage précis sur  la vie des différents habitants de la ZAD … et des rencontres avec les « Naturalistes » qui poursuivent leurs travaux essentiels nourrissant l’argumentaire des recours juridiques au niveau européen ; 3/ les prochaines initiatives sur le Pays de Quimperlé (tracts, réunions, débats) ; 4) la diffusion d’une nouvelle adresse électronique du comité : csnddl.quimperle@orange.fr ; 5/ un planning de réunions régulières.

 

La « Lettre Ouverte » a commencé à être diffusée au sein de la Communauté de Communes du Pays de Quimperlé (COCOPAQ) à partir du 12 mars, selon les coordonnées internet disponibles des listes. Elle continuera de l’être jusqu’au 2ième tour des Elections Municipales.


o

o     o

 

 

Le texte de la « Lettre Ouverte » diffusée

aux « Têtes de listes des Elections Municipales

du Pays de Quimperlé »

 

 

« Lettre ouverte des opposants au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes aux têtes de liste des Municipales des 16 communes du pays de Quimperlé

 

Mesdames, Messieurs,

 

Nous tenons tout d'abord à vous témoigner notre respect pour votre engagement démocratique en ces temps difficiles.

 

Il semble que 56 % des françai(se)s ne sont pas convaincus de la nécessité d'un nouvel aéroport pour Nantes. Ce projet d'aéroport sépare partisans et opposants sur l'emploi des finances publiques, l'aménagement du territoire et l'environnement.


Aussi nous vous remercions de nous préciser votre position :

 

- Sur la nécessité d'un nouvel aéroport, contestée par des études indépendantes.

 

- Sur les partenariats Public-Privé qui rémunèrent avantageusement les actionnaires de multinationales comme Vinci au détriment des contribuables.

 

- Sur le volet environnemental : en particulier sur la protection des zones humides.

 

- Sur la promotion d'une agriculture paysanne de proximité créatrice d'emplois, de produits de qualité et à son impact positif sur la qualité de l'eau.

 

- Sur le principe de ce type de projet, car s'il aboutit, il contribuera à aggraver la désertification des régions au profit des capitales régionales.

 

- Sur les graves manquements à la démocratie qui font qu'un projet décidé d'en haut ne fasse pas l'objet d'un réel débat ; trop d' élus locaux disent oui par discipline sans connaître les dossiers.

 

- Sur les interventions disproportionnées des forces de l'ordre lors de la manifestation de Nantes du 22 février. Nous mettant en danger, l'état se serait-il servi de nous pour discréditer et étouffer un désaccord légitime avec ses choix et projets?

 

 Nous vous remercions de nous faire connaître vos réponses par courriel et voie de presse.

              Comité du Pays de Quimperlé des opposants à l'aéroport de NDDL.

 

                               Adresse mail: csnddl.quimperle@laposte.net »

 

 

o

o     o

 

 

 

L’article d’Alain Devalpo d’Août 2012

« L’Art des grands projets inutiles »

paru dans Le Monde Diplomatique


(lien à l'original sur le site du Monde Diplomatique ici)

 

 

« Les grands projets d’aménagement du territoire ne visent pas toujours à satisfaire des besoins. Pour vendre la construction d’une ligne de train à grande vitesse que peu de gens souhaitent utiliser ou celle d’un aéroport dans une région qui n’en nécessite pas, ingénieurs, promoteurs et maîtres d’ouvrage rivalisent d’habileté et de rhétorique. Justifier l’inutile est devenu une véritable culture dont on peut saisir les règles, les rites et les rythmes en lisant la conclusion d’un séminaire — fictif — sur le sujet. » 

 

« Vous, bâtisseurs de cathédrales du nouveau millénaire, poursuivez un dessein plein d’esprit et de noblesse. Mais la population ne comprend pas toujours le sens de vos rêves. « Votre projet ne sert à rien ! », vous oppose-t-on parfois. Comment, dans ces conditions, faire fructifier vos ambitions ?

Les intervenants que nous venons d’entendre ont su nous faire partager leur inestimable expérience, et je vais tenter de dégager les axes stratégiques forts qui vous aideront à y parvenir. »

 

« Commençons par les transports. C’est un réconfort pour le bâtisseur contemporain que d’observer une campagne traversée comme l’éclair par des trains perchés sur leur digue de ballast. La course à la mobilité est synonyme de réussite. Nos sociétés vivent à la vitesse d’Internet. L’économie est un écheveau de flux tendus. L’homme doit s’y soumettre, et ce secteur offre un large éventail d’opportunités. »

 

« Pour séduire vos interlocuteurs, la démesure sera votre premier atout. Incitez vos ingénieurs à ébaucher des plans pharaoniques : percer cinquante kilomètres de tunnel sous les Alpes pour le tracé du train à grande vitesse (TGV) Lyon-Turin, mettre en valeur des milliers de mètres carrés de bocage pour implanter un aéroport dans la région nantaise, creuser sous la ville de Barcelone… L’exploit technologique, nourrissant l’orgueil national, occultera les désagréments pour les autochtones.


Sachez tirer parti de la concurrence entre métropoles : elle favorise le gigantisme et sert vos projets. Labourez le terrain politique en flattant la mégalomanie des grands élus qui rêvent tous d’une tour Eiffel dans leur cité. Une fois que vous aurez gagné leur confiance, ils sauront faire pression sur la cohorte des élus plus modestes, dont les finances seront ponctionnées même si les retombées pour leur territoire n’existent que sur le papier. Afin qu’aucune objection ne s’élève, votre pari sur l’avenir devra être pourvoyeur d’emplois. Le chantier terminé, si l’on vous fait remarquer que les promesses ne sont pas tenues, il sera toujours temps d’échafauder des analyses vous dédouanant : la crise, la crise ! Jouez de vos accointances gouvernementales pour obtenir un label d’intérêt général : ce dispositif administratif procure un véritable passe-droit. »

 

« Entourez-vous de bureaux d’études maîtrisant l’art de sophistiquer les dossiers jusqu’à les rendre indéchiffrables. Quand le fait le plus anodin se présente de manière abstraite, les curieux se découragent. La science étant l’apanage des scientifiques, seul un polytechnicien sera en mesure de compter les trains d’une ligne L durant un temps t. Pour se forger un avis, les élus s’en tiendront aux conclusions de vos études sérieuses, véridiques et bien intentionnées. Inutile, en revanche, de déployer trop de subtilité pour approcher la presse régionale : c’est un allié toujours fiable, et la générosité de votre régie publicitaire sera perçue par ce secteur sinistré comme un geste en faveur de la liberté de la presse. »

 

« Lorsque vous vous estimez en mesure d’œuvrer en harmonie avec les élus et les médias, présentez le plan de financement. Le secteur français de la grande vitesse fonctionne selon un schéma avisé. Réseau ferré de France (RFF) cumule des dizaines de milliards d’euros de dettes (1). Plusieurs lignes à grande vitesse (LGV) sont déficitaires, et le réseau secondaire se détériore. Pourtant, il faut se féliciter qu’une élite mobile bénéficie des TGV. Même si l’Espagne, numéro un européen en la matière, se trouve en pleine tempête financière, l’audace commande de persister dans la construction de deux mille kilomètres de voies nouvelles, pour un budget moyen de 20 millions d’euros le kilomètre. »

 

« Pour financer ces projets à la viabilité économique plus que douteuse, il est capital d’emprunter la voie des partenariats public-privé. En obtenant la construction, la maintenance, la gestion et l’exploitation d’une infrastructure, votre maîtrise sera totale, et les collectivités publiques vous seront pieds et poings liés. Vos experts expliqueront que vos bénéfices reflètent votre patriotisme, et le fardeau des pertes publiques sera dépeint comme un moindre mal au regard des emplois — hum ! — créés.

Au vu de l’ampleur des déficits budgétaires actuels, l’enveloppe présentée (qui explosera par la suite) pourra sembler exorbitante à vos commanditaires. Afin qu’ils fassent avaler aux contribuables des pilules de plusieurs milliards d’euros, fournissez-leur des chiffres propres à enivrer les plus sceptiques. Certaines données sont à minimiser, d’autres à amplifier. C’est en spéculant sur des besoins futurs que vous hypnotiserez vos concitoyens. Multipliez les tonnes de fret de marchandises et les passagers par millions, sans hésiter à flirter avec l’absurde. Seul un avenir où vous aurez gagné pourra vous donner tort. »

 

« Si le domaine du transport ferroviaire réserve de juteux contrats, ne négligez pas l’aérien, à l’exemple du projet d’aéroport du Grand Ouest, à Notre-Dame-des-Landes. Nantes est certes pourvue d’un aéroport sous-exploité, et la région, en cul-de-sac, en accueille déjà douze. Mais c’est oublier que l’époque est à la virtualité. Car enfin, il n’est nul besoin de besoins pour faire prospérer une idée !

Evoluer avec son époque a un coût. Il est bien sûr regrettable d’ensevelir des hectares de biodiversité sous des bijoux de technologie, mais ces sacrifices sont indispensables. Avec une législation de plus en plus contraignante, vos infrastructures doivent offrir des garanties d’insertion écologique et paysagère. Il existe de nombreux artifices pour enduire acier et béton du vert HQE (haute qualité environnementale) : un musée sur l’agriculture locale, des panneaux solaires, un toit végétal…


Il vous faudra, sur ce dossier, conserver un moral à toute épreuve. Car, malgré tous vos engagements, les écologistes aboieront. Ils seront rejoints par une foule d’esprits influençables, dont l’approche naïve peut dresser un obstacle imprévu. Un retraité dans la force de l’âge se révèle parfois un adversaire opiniâtre, qui va décortiquer vos plans de manière obsessionnelle. On le déplore au Pays basque, autour du projet de LGV vers l’Espagne : un argumentaire enflammé, livré par deux trublions (2), est relayé par les réseaux alternatifs. Misez sur votre service de communication pour leur barrer l’accès aux médias de grande envergure. Evitez que la contestation ne s’étende, ne devienne emblématique ou gagne les tribunaux administratifs, au risque d’un gel des chantiers. »

 

« Une bataille de chiffres ne peut opposer que des adversaires de même catégorie. Face aux arguments amateurs, invoquez la rigueur technocratique de vos spécialistes. Avec l’ardeur des pionniers, brandissez l’intérêt national, voire international, face à la vision passéiste de vos contradicteurs. Revendiquez votre participation sincère et transparente aux concertations publiques. Compte tenu de vos soutiens politiques et médiatiques, le dialogue, mené selon les méthodes adéquates, ne devrait pas vous inquiéter. »


« La contre-offensive doit être graduée. Vous devrez peut-être piloter une campagne de dénigrement par voie de presse. Si vous n’étouffez pas la révolte dans l’œuf, votre lobbying devra œuvrer à la criminalisation de l’opposition à votre ouvrage. A la légitimité revendiquée par les protestataires, répondez par la légalité institutionnelle et le recours à la force publique. Et si on vous accule au bras de fer, montrez votre détermination ; vous aussi avez le droit de vous exprimer ! Au nom de l’intérêt général, assignez, inondez les protestations sous des nuages de gaz lacrymogène, distribuez les amendes par milliers et faites éventuellement interpeller à tour de bras, comme en Allemagne pour la nouvelle gare de Stuttgart. La bataille peut aussi se gagner manu militari, comme nous l’enseigne l’expérience contre le maquis radical des « No TAV » (3) du val de Suze, en Italie. Si la tournure des événements l’impose, la possibilité de décréter un chantier « zone militaire d’intérêt stratégique » n’est pas à écarter. »

 

« Certes, planifier un grand marché public s’avère de plus en plus laborieux ; mais le jeu en vaut la chandelle. Les concessions accordées par les autorités s’étalent de nos jours sur plus d’un demi-siècle. Pour votre entreprise et vos actionnaires, c’est la promesse de décennies de prospérité. D’autant que l’éventail des pyramides du futur ne cesse de s’élargir : groupes hospitaliers, centres commerciaux, quartiers d’affaires, infrastructures sportives, tours (4)... Pour paraphraser George Orwell, dont l’un des personnages déclarait : « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force », je n’hésiterai pas à l’affirmer : l’inutile, c’est rentable ! ».

 

 

o

o     o

 

 

 

« Pour en savoir plus » sur ce dossier « NDDL « 

 

1 / Du côté des « anti » aéroport NDDL :

 

. le nouveau site de l'ACIPA aux nombreuses rubriques actualisées : http://acipa-ndl.fr/

 

065r Nouveau Site ACIPA - NDDL   070 Rubriques du site ACIPA-NDDL

 

 

. le site des "Naturalistes en Lutte contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes 

058r Site Naturalistes-en-Lutte - Manif 22-2-14   059r suite article Naturalistes-Manif 22-2-14  

 http://naturalistesenlutte.overblog.com/

 

 

. le site du CéDépa - Collectif d'élu-e-s Doutant de la pertinence de l'aéroport :

 

399r Site CeDpa

 
                              http://aeroportnddl.fr/

 

 

2 / Du côté des « pro » aéroport NDDL :

 

. le blog de Jacques Auxiette, Président de la Région Pays de Loire

 

080r Blog de Jacques Auxiette


http://www.auxiette.net/violences-a-nantes-ma-reaction/#comments

 

 

. le site "Des Ailes pour l'Ouest" :

 

082r Site Des Ailes pour l'Ouest

 

                    http://www.desailespourlouest.fr/

 

 

. le site "Futur Aéroport du Grand Ouest" :

 

081r Site Futur Aéroport du Grand Ouest

 

                http://www.nantes.futuraeroport.fr/

 

 

3 / Concernant les "Grands Projets Inutiles" (GPI) :

 

Voir notamment l'ouvrage :
Le petit livre noir des grands projets inutiles, de Camille, éditions Le Passager clandestin, 7 €, 124 pages ...

 

dont la 4e de couverture indique :

 

"On bétonne à tour de bras ! Autoroutes, aéroports, lignes LGV, stades de foot, incinérateurs, centrales nucléaires, lignes à très haute tension...

Des paradoxes apparents de la crise, celui qui conduit les pouvoirs politiques et économiques à reprendre les recettes qui nous ont menés dans l’impasse n’est pas le moindre.

Ainsi de la prolifération des grands projets inutiles auxquels une pensée magique fondée sur le dogme de la croissance attribue la vertu de créer de l’emploi, du pouvoir d’achat et... de la croissance. Qu’importe que cette équation fasse abstraction de la finitude de notre planète et méprise les nécessités fondamentales du vivre ensemble et du rapport à la nature !

 

Heureusement, l’inutilité et la nocivité de ces grands projets trouvent sur leur route toute une population déterminée, en multipliant les zones à défendre (ZAD), à inventer d’autres manières d’occuper le terrain.

 

Cet ouvrage décrit les principaux projets inutiles de notre temps, butant sur des mobilisations ô combien nécessaires : de Notre-Dame des Landes à Bure en passant par Flamanville, Gonesse, Gap, Creys-Malville, Lyon, Rouen, Toulouse, la Picardie, le Morvan ou les Landes…

 

Camille est l’auteur de ce livre écrit à mille mains.

Afin de préserver l’anonymat des opposants tout en évitant les errements d’une médiatisation à outrance de quelques « porte-parole » autoproclamés, les militants ont décidé de toutes et tous se dénommer Camille. Camille est autonome sans être solitaire, s’engage dans un collectif humain sans renoncer à son individualité, défend les générations futures sans occulter l’apport des combats passés. Camille est anti-nucléaire, locavore, vélorutionnaire, en transition, faucheur, déboulonneur… Camille savoure le goût du contact humain, s’oppose par goût et milite par envie."

 

 

A     S U I V R E

  

Evelyne Dumont

_____ o _____

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires