Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 18:41

 Mots-clefs :
Cultures marines algues + coquillages / Projets Algolesko et Bamejyot : Josick  Thaeron - Jakès Prat - Philippe Legorjus / Littoral du Pays de Quimperlé / Communes de Moëlan-sur-Mer, Clohars-Carnoët, Pont-Aven, Riec-sur-Bélon, Névez  / CEVA : Centre d'Etude & de Valorisation des Algues / Conseil Général de l'Environnement et du Développement Durable / Conseil Général de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Espaces Ruraux / Réunion publique avec débat à l'Ellipse à Moëlan-sur-Mer le 12 mai 2014 / M. Marcel Le Pennec Maire de Moëlan/Mer.

 

 

Doëlan, jeudi 8 mai 2014

 

 

On le lisait sur ce blog le 28 janvier 2014 : un vaste projet de cultures marines avec algues et coquillages a été annoncé devant les ports de Brigneau et Merrien et a fait l'objet d'une enquête dans 5 communes du Pays de Quimperlé dont celle de Clohars-Carnoët ... une enquête que j'avais qualifiée de "fantôme". Voir :

 

«Cultures Marines» - Moëlan-sur-Mer (1) Une enquête-fantôme

 

 

Depuis, plusieurs évènements ont eu lieu, dont certains relayés dans la presse de diverses manières, et d'autres pas encore..


Un résumé de ces évènements (réunions publiques ou spécifiques, pétition, etc.) est en cours de rédaction pour ce blog. En effet, le projet mérite une analyse sérieuse de ses avantages et inconvénients .... pour la population locale - permanente (résidents) ou occasionnelle (touristes) - et pas seulement pour les porteurs de projets et leurs soutiens évidemment !

 

Mais ... ce résumé n'étant pas encore bouclé, je crois très utile de signaler déjà la publication inédite sur le site de l'Association "Rivières et Bocage Belon Brigneau Merrien" d'un ensemble de dossiers fondamentaux ainsi qu'une "Lettre aux Adhérents" en date du 7 mai :

 

 

034r Site RBBBM Dossier Cultures marines - 07-05-14

 

Vue du site de l'Association RBBBM avec le 1er des six documents à lire via Calaméo :

"Rapport Moelan_Algolesko_1_Introduction" ... puis les cinq autres ci-dessous

 

TOUS étant ACCESSIBLES via le site de RBBBM

 

http://rbbbm29.blogspot.fr/

 

 

038r RBBBM Lettre aux Adhérents   039r RBBBM Dossier Expertise du projet de filière d’algo

 

 

 

 

 Projet d’Algoculture à Moëlan sur mer                       Dossier Expertise du projet de filière d’algoculture

   Lettre aux Adhérents (RBBBM)                                                            en Bretagne

                                                                                      CGAAER_11169_2012_Rapport_cle05f69a-1

 

 

 

 

 

040r RBBBM Rapport Moelan Algolesko-2 Notice explicative   041r RBBBM Rapport Moelan Algolesko 3 DCclaration au titre


Rapport Moelan_Algolesko-2_Notice explicative            Rapport Moelan_Algolesko_3_DCclaration         
                                                                                           au titre du Code de l’Environnement

 

042r RBBBM Rapport Moelan Algolesko 4 GRI

                                                     

                                                     Rapport Moelan_Algolesko_4_GRI

 


 

Pour être complète, je signale aussi une autre publication associative récente parue sur le même thème sur internet : celle de "Doëlan-Clohars-Environnement" daté du 4 mai 2014 :

 

 

111r Blog DCE Article Cultures marines du 04-05-14

 

Accès à l'article du site de DCE en cliquant ICI.


 

Dans les deux cas, il est fait mention de cette réunion publique à venir :

 

LUNDI 12 MAI 2014 à 19 H 30

à l'ELLIPSE (Salle B)

Rue de Pont ar Laër - MOELAN-SUR-MER

 

C'est une réunion organisée par M. Marcel Le Pennec, Maire de Moëlan-sur-Mer, sous cet intitulé :

 

"Présentation des projets Algolesko-Bamejyot d'algoculture et de conchyliculture et de la zone marine concernée suivie d'un débat".

 

 

Il était temps ! Connaître la réalité des projets - avec plusieurs éclairages indépendants - et pouvoir en débattre de façon large et démocratique avait été le souhait écrit par la majorité des - rares - personnes ayant pu déposer sur les registres d'enquête des cinq mairies entre le 20 décembre et le 18 janvier (on y reviendra).

 

 

 

A SUIVRE :

 

Projet Cultures Marines Moëlan/Mer (3) : Résumé au 09/05/14 (ou 10)

 

 

 

Evelyne Dumont

 

 

_____ o _____

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

doc zaïus 11/05/2014 19:22

Re-bonsoir,
Il est exact que l’envie de plaisanter nous quitte lorsque nous sommes confrontés à ces problèmes qui nous dépassent quelque peu.
Comment faire pour concilier la croissance extraordinaire de la population du Globe, et la volonté des pays émergents d’améliorer leur standard de vie, avec le désir de conserver intact un
environnement naturel et sa biodiversité.
Nous sommes un pays favorisé, même gâté pourrait-on dire. Nous avons hérité d’une société où la liberté a encore un sens, où notre sous-sol est resté préservé parce que nous allons creuser celui
des autres pour prendre leur énergie et leurs ressources minières, alors il nous paraît tout naturel de vouloir garder intact notre jardin fleuri et propret, et d’en faire même une réserve
d’indiens, à qui les « autres » viendraient offrir leurs richesses minières et énergétiques. Et en plus ils devraient payer pour se baigner sur nos plages !
Cette situation de « parasites » qui pillent les ressources des autres ne sera pas tenable bien longtemps.
Il nous faudra donc lâcher un peu de lest et accepter de voir sur notre sol les installations qui sont tant vantées dans les publications à vocation écologique ( éoliennes offshore, hydroliennes,
usines marémotrices, stations marines de pompage-turbinage, aquaculture ( si, si ), etc…).
Les plaisanciers ont su s’accommoder d’installations comme Port-la-forêt, et réclament même des extensions des ports existants (Guidel), ils feront bien un petit effort pour cohabiter avec
l’algoparc ! Un bateau c’est fait pour le large, pas pour traîner le long du bord.
Seuls les pêcheurs locaux auront à gérer la présence des parcs. Il serait intéressant de savoir comment se déroule ces négociations, et quel genre de cohabitation est envisagée.
Une redevance devrait être reversée aux pêcheurs locaux, au prorata du pourcentage de la surface de zone de pêche « confisquée » par les parcs. Redevance calculée par une péréquation
entre le chiffre d’affaire de la pêche et celui de la commercialisation des algues.
Mais je suppose que cela est inclus dans le projet, ils sont assez grands pour y avoir pensé tout seuls…

Evelyne DUMONT 11/05/2014 16:24

Bonjour "Doc Zaïus",

Merci pour votre commentaire qui, comme à votre habitude, pose le problème dans toute son ampleur (mais il manque cette fois votre touche d'humour caractéristique !). L'affaire est très sérieuse il
est vrai.

J'ai quelques compléments sinon objections à faire ... en fonction de ce qu'est le projet précis pour Moëlan(usage des algues et destination).
Mais pas ici à l'instant car je tâche de boucler avant ce soir l'article n° 3 annoncé.

Cordialement.
E. Dumont

doc zaïus 11/05/2014 15:57

Bonjour,
Ce projet est un véritable cas d’école et en ce sens il mérite d’être suivi de près.
En effet depuis longtemps l’idée que les produits de la mer représentent une grande partie de notre avenir alimentaire est bien entrée dans les esprits, du moins au plan théorique.
Plus personne ne remet en question la nécessité de passer du mode de la cueillette au mode de la culture, c’est vrai pour les poissons, les mollusques et les coquillages, mais également pour les
algues.
Qu’il s’agisse de nourriture ou d’énergie, cette démarche est incontournable dès lors que l’on a pris conscience qu’il faudra nourrir plus de 10 Milliards d’humains en 2050, et que par ailleurs les
sources d’énergie fossiles commenceront à faire défaut au cours de ce siècle.
De même qu’il a bien fallu un jour commencer à planter des éoliennes offshore, il faut bien également un jour commencer à cultiver des algues.
Passer du concept théorique à la pratique signifie en l’occurrence accepter de consacrer une partie du littoral à ces activités.
Et c’est là que les difficultés commencent .
La plus grande partie du littoral de la France a été sanctuarisée, et l’on ne peut que s’en féliciter si l’on se place du point de vue de la protection de l’environnement, de la préservation de la
biodiversité, de la conservation des sites remarquables, de la lutte contre la pollution, et de la mise en valeur touristique.
« Not in my backside » devient alors le mot d’ordre de tout ce que le pays peut compter d’associations de protection de l’environnement.
Tout projet, de quelque nature qu’il soit, qui comporte un volet littoral susceptible de troubler un tant soit peu l’ordre écologique établi est impitoyablement rejeté, ou au moins vigoureusement
combattu.
Le projet de Moelan-sur-mer, qui revendique une emprise de 225 ha sur le domaine maritime (si nos informations sont exactes), à laquelle il faut ajouter les installations à terre et le trafic
induit, n’échappe pas à la règle.
Il y a donc conflit entre d’une part la volonté de voir se développer l’aquaculture, et d’autre part la volonté se s’opposer à toute emprise industrielle sur le littoral ou le domaine maritime.
S’agissant d’un conflit interne à la tendance écologique élargie, la solution ne peut être qu’interne à cette mouvance, à qui il revient d’établir une construction intellectuelle logique lui
permettant de justifier le choix entre une démarche écologiquement positive et une autre démarche tout aussi écologiquement positive: Protéger un site remarquable, ou accepter des installations
d’aquaculture.
Il n’y a pas de solution entièrement satisfaisante à ce type de conflit. Comme pour les parcs éoliens offshore, la solution est dans le compromis, chaque partie doit faire un pas vers l’autre, et
trouver un équilibre entre les revendications de chacun.
Pour le projet d’algoculture, ce doit être faisable, s’agissant d’un projet dont l’intérêt écologique ne peut être mis en doute (on ne peut trouver un ouvrage sur l’écologie qui ne parle pas de
l’intérêt des algues pour le futur de l’Humanité).
Le combat devrait plutôt porter sur la mise en œuvre: respect du site, de la loi littoral, des autres utilisateurs du domaine maritime ( privatisation d’une partie du domaine), atteintes aux fonds
marins, aux espèces indigènes, installations portuaires, traitement des déchets, rejets, consommation énergétique, trafic routier, nuisances diverses, mais aussi intérêt pour la commune, emplois,
etc…
Le suivi de l’évolution de ce dossier sera donc du plus grand intérêt car il permettra de mesurer la capacité ( la volonté ?) des pouvoirs publics et des entrepreneurs de tenir compte des exigences
de préservation du littoral dans la construction de leurs projets et d’y associer les organismes de protection de l’environnement.
Sera-t-on un jour capables de sortir de l’affrontement avec banderoles, incendies de pneumatiques, charrettes de fumier, jets de pierres, matraques de CRS, pour passer à un mode de dialogue plus
constructif et apaisé ?

Evelyne Dumont 09/05/2014 10:55

Bonjour,

Merci pour votre attention à cet article.
En effet, il y a une différence d'horaire entre blogs.
Je l'ai signalée aux membres de l'Association DCE hier par mèl.

Pour ma part, sur le Blog ED, je me réfère à une lettre de M. le Maire de Moëlan - M. Le Pennec - qui s'adressait le 23 avril à l'Association "Les Amis des Chemins de Ronde", et que l'on m'a
montrée : on y lit 19H30.

On peut penser que l'annonce officielle de cette réunion publique va être faite dans la presse (Ouest-France et Le Télégramme) très prochainement ... C'est à souhaiter pour lever toute ambiguïté
dommageable.

+ Je vais recontacter DCE par tél. pour en parler directement.

Cordialement.
E. Dumont

Jacques MADIC 09/05/2014 10:28

Bonjour,
Le site DCE donne 18h 30 comme heure de la réunion le 12 mai et vous 19 h 30. ????