Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog ED "Environnement Doëlan"
  • le blog ED "Environnement Doëlan"
  • : L'ENVIRONNEMENT au sens large à Doëlan et au-delà. PAYSAGES, CADRE DE VIE, ECOLOGIE (générale et politique), PATRIMOINES, CULTURE, LOISIRS, VIE LOCALE (économie-social- politique).
  • Contact

AUTRES RUBRIQUES


A VOIR ...
sur la PAGE D'ACCUEIL
colonnes à droite et à gauche :

RUBRIQUES
COMPLEMENTAIRES
- Derniers
  commentaires
-
Liens utiles
- Catégories d'articles
- Agenda : à voir, à faire ...
etc.

Recherche

Archives

17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 20:33

 

Mots-clefs :

Démolition du patrimoine maritime culturel du Port de Doëlan en Clohars-Carnoët / Ex-Conserverie Capitaine Cook-ex Larzul-ex Béziers / Groupe ITM & Filiale Capitaine Cook à Keranna / Mairie de Clohars-Carnoët

 

 

Vendredi 17 Février 2012 …

 

156r zoom

 

Démolition du bâtiment de la "Pièce aux Epices" de l'ex-conserverie 

Capitaine Cook dans le Port de Doëlan le 17-02-12

(voir plus bas)


 

On présente ici un nouveau « mini-reportage photographique », en amateure, de l’évolution de la situation concernant la démolition du patrimoine maritime culturel de l’ex-conserverie Capitaine Cook sur la rive gauche du Port de Doëlan en Clohars-Carnoët

 

Une démolition à laquelle,  on le rappelle, les « amoureux du Port de Doëlan », tout comme les spécialistes du patrimoine, assistent impuissants depuis le 1er février 2012.


A cette date en effet a commencé la « destruction surprise » aux 2/3 de la cheminée de la conserverie  qui s'est continuée le 4 février 2012 par les « soins » du Groupe « ITM Intermarché/Filiale Capitaine Cook de Kéranna » (propriétaire de la plus grande partie du site), une destruction qui se poursuit à présent sur les bâtiments en façades du Quai Cayenne … et tandis que la Mairie de Clohars-Carnoët exprime dans la presse des protestations mais ne stoppe en rien le processus … en tous cas pas pour les longues façades de ce Quai.

 

Pire, cette municipalité cloharsienne a elle-même un projet qui prévoit la destruction concrète de l’essentiel de ce lieu de mémoire de la pêche à la sardine et au thon de la fin du 19e siècle jusqu’aux années 1950 … au profit, paraît-il, d’un moderne complexe hôtel-restaurant de luxe qui fera ressembler ce petit port breton typique à … la Côte d’Azur.

 

Qu’on nous pardonne cette comparaison critique car la Côte d’Azur est merveilleuse mais elle a ses caractéristiques qui ne sont pas forcément celles de la Bretagne. Tout est là : à chacun son originalité.


(Re)voir les fiches du "Portail des Patrimoines de Bretagne"  citées dans l'article du 20 janvier 2012 : " Suite 1 : Ex-Conserverie de Doëlan & Dossier au Groupe ITM" - Par exemple :

 

"(...) La conservation des bâtiments de l´ancienne conserverie Capitaine Cook - ou, au minimum, de sa façade - repose sur deux arguments incontestables : un rôle paysager exceptionnel et un enjeu de mémoire.

Les bâtiments de l´ancienne conserverie Capitaine Cook sont un des premiers éléments bâtis que le visiteur voit quand il arrive à Doëlan par la mer ou par les sentiers côtiers. Ils constituent donc la force visuelle de l´entrée du port de Doëlan, dont ils construisent le paysage. L´architecture simple de ces bâtiments industriels à la façade peinte en blanc, s´accorde particulièrement bien à l´élévation rocheuse de l´entrée de la ria qu´ils surplombent et auxquels ils confèrent un aspect quasi monumental.(...)".

 

 

Les travaux de démolition vus le 17 février sur le Quai Cayenne …

 

Ces travaux concernent le bâtiment au nord de celui mitoyen de l’autre propriétaire privé du site. Il s’agit d’une partie qui était dédiée dans le temps, au 1er étage, à une « Pièce aux Epices » : on y   stockait   les aromates pour les boites de sardines …

 

153

 

Là où est positionnée la nacelle de la grue, on voit le petit bâtiment d'ITM-Intermarché

mitoyen de celui de l'autre propriétaire privé du site dont on a préparé la dissociation 

 

 

 

156r zoom 

  Toiture du bâtiment de la "Pièce aux Epices"

en cours de démolition le 17-02-12 vers 10h


Ce vendredi matin, la nacelle avait hissé des ouvriers qui ont commencé à ôter les ardoises … En repassant vers 13h00, on pouvait constater une faible partie dégagée … Pas étonnant, peut-on commenter : ce bâtiment possède encore une charpente qui était demeurée en bon état il y a peu de temps, avec probablement des ardoises encore bien fixées (en dehors de celles "chahutées" par la Tempête Joachim) . Quel gâchis !

 

168 à 12h53

 

Vue du 17-02-12 vers 13h

 

 

Autres aperçus de la "Pièce aux Epices" :

 

152r Fenêtre sur le port de la Pièce aux Epices     241 re la Pièce aux Epices 

 

La fenêtre au 1er étage avec vue sur le port et la charpente (Printemps 2011)

Sur le mur à droite, on aperçoit les noms des aromates pour les boîtes de sardines ...

 

268r côté Sud Pièce Epices

L'arrière du bâtiment "Pièce aux Epices" avec la face sud de la toiture ...


 

 L'organisation de la suite du chantier de démolition ...  

 

C'est tout neuf, cela vient d'arriver : en fin de matinée une "cabane de chantier" et son annexe avaient été implantées côté sud-ouest du site ...

 

167 retour 12h52

 

Le Quai Cayenne vers 13h le 17-02-12

 

Et pendant ce temps, les oiseaux marins - cormorans et goëlands - toujours stoïques ... vivaient leur vie, indifférents aux problèmes des humains !

 

154     155 sur la jetée oiseaux marins stoïques   

 

Goëlans et cormorans ... en bout de la cale Larzul et sur la Jetée de la Grande Vache vendredi matin

   


On trouve sur ce blog les nombreux articles consacrés au thème

du patrimoine de l'ex-conserverie Capitaine Cook

en utilisant les mots-clefs « conserverie Capitaine Cook » et termes associés

dans la rubrique « Recherche » en colonne de droite de la page internet.

 

 

PS - Samedi 18-02-12 : Il peut être intéressant de lire les commentaires signalés plus bas après l'article.

 

Evelyne Dumont 

_____ o _____

 


Partager cet article

Repost 0
Published by LE BLOG ED - dans Patrimoines
commenter cet article

commentaires

CAUDRON 01/03/2012 10:40

Réponse a M Madic (commentaire n°6)
Bonjour, Mr Madic
Il est toujours intéressant d’écouter un avis différent. Voilà un angle de vue intéressant à commenter. Certes les conditions de travail de l’époque étaient difficiles physiquement, on peut le dire
aujourd’hui, parce que depuis, on a heureusement amélioré les conditions de vie de la société, ou tout du moins d’une grande partie, car il reste encore dans le monde et chez nous plus de personnes
en situation moins enviable encore que celle de nos sardiniers de l’époque. Et si nous allons plus loin dans le résonnement qui nous est fait, il ne restera plus grand chose , car tous les châteaux
, viaducs et monuments du passé, qui font aussi partie de notre patrimoine ont été construit dans les mêmes conditions difficiles grâce à la main œuvre esclave des paysans des alentours dont
beaucoup y ont laissé la vie. Alors faut il aussi raser pour les mêmes raisons tous ces monuments, et je ne parle pas des monuments en souvenir des massacres des guerres. Au contraire, de la même
façon que lorsque je visite un château je ne peut pas m’empêcher de penser au coût humain qu’il a couté, si une cheminée d’usine peut être le symbole d’un passé et faire réfléchir aux conditions de
vie de nos anciens, ( ce qui pourra peut être nous éviter de trop nous plaindre de notre sort), alors oui encore cela me renforce à penser que cette cheminée faisait partie du patrimoine de Doëlan,
ne serais ce que pour expliquer à nos petits enfants l’histoire. Certes il est plus facile et confortable d’acheter sa boite de sardine à l’intermarché en sachant ou pas que ce sont des machines
qui ont mis en boites les poissons en surpêche de provenance incertaine achetés en partie par des personnes qui n’ont plus de travail. L’enseigne de la grande surface est elle plus belle que le
rappel historique d’une cheminée d’usine en briques rouges surgissant des murs blancs, et se détachant sur un ciel gris de mer.
Dans cette réflexion, je me dis que ce n’est même pas à nous de juger s’il faut ou non conserver les vestiges d’une époque héroïque, mais aux personnes qui y ont travaillé, et il en reste assez à
Doëlan pour leur donner la parole. Il serait intéressant pour la discussion, d’avoir leur avis.
Bien cordialement
Ph Caudron

Evelyne Dumont 27/02/2012 23:56

Doëlan, lundi 27-02-12 à 23h15

Bonsoir à J. Madic

D’abord merci pour la sincérité de réaction ! C’est important qu’on sache la diversité sur ce point.
Je constate bien la colère qui vous anime.
J’ai déjà entendu des témoignages de mes voisins qui ont vécu cette époque et je sais que les conditions de travail étaient loin d’être faciles en ce temps là.

MAIS, pour autant, êtes-vous sûr qu’il faille « effacer les traces » d’évènements parfois douloureux. C’est un sujet de discussion fréquent. Un de mes amis à qui j’en parlais me disait quelque
chose que je n’avais pas osé évoquer jusqu’ici car tout n’est pas exactement comparable : les victimes juives de la terrible dernière guerre ont voulu qu’on puisse retrouver les lieux de souffrance
pour que personne n’oublie … et si possible qu’on ne recommence jamais les massacres.
Moins terribles, il y a l’exemple des mines où les travailleurs ont là aussi peiné. Les gens du Nord je crois sont fiers qu’on ait gardé des « terrils ».

Pour revenir aux travailleurs de l’époque de la sardine, oui sûrement que c’était très dur mais il y avait sûrement aussi des joies entre les personnes, de la fierté aussi pour le travail fait et
ce que cela apportait. Et il faut qu’on se rappelle de tout l’ensemble.
Je ne crois pas que les photos suffisent.
Il faut du concret, du « physique » … voir les lieux pour se « transporter dans l’histoire » et « communiquer » autant que faire se peut avec les anciens …
Enfin, cela se discute.

Je vois maintenant qu’au autre lecteur exprime une vue différente (commentaire n° 7).

De toutes façons, les gens qui ont détruit la cheminée et menacent de continuer sur les autres bâtiments de l’ex-conserverie (les auteurs directs et ceux qui les approuvent de fait) l’ont fait
avant tout pour un MOTIF ECONOMIQUE DE TRES COURT TERME éludant les notions d’histoire, de respect du patrimoine … et des gens, d’architecture subtile même nouveau et ancien … :
- soit de la pure spéculation financière urgente car l’affaire dure (faire augmenter le prix du terrain) ;
- soit pour construire un projet touristique « moderne » pour montrer qu’on est « efficace », faisant table rase du passé construit, mais dont la pertinence reste à prouver (problème d’adaptation
au caractère typique du site + rentabilité quand on connaît le destin d’autres installations du même genre) … et les objectifs sous-jacents, plus ou moins directs, aussi.

Et là, il faudra bien mettre les points sur les i et les barres aux t (expression que j’affectionne).
Car on ne peut jouer « Tartuffe » aisément. Il faut assumer.
Cette dernière partie rejoint votre fin de mèl.

Enfin, beaucoup de désaccords et conflits seraient évités s’il y avait une réelle concertation large préalable. Cette affaire concerne d’abord la population locale qui est capable de peser le pour
et le contre de divers projets tout autant que les « experts » (couteux) dont les critères seraient à « mettre à plat ».

Cordialement.

E. Dumont
ma réponse au commentaire 7 viendra après car il est tard

CAUDRON Philippe 27/02/2012 15:03

je suis à Tours, j'ai une maison à Doêlan ou je viens le plus souvent possible depuis 30 ans, et viens seulement de voir la triste nouvelle de la démolition,!j'en suis tout retouné, j'ai vraiment
un pincement au coeur et un sentiment de colère de voir que l'on peut faire table rase d'un passé si fort de souvenirs. Les raseurs de mémoires qui ont décidé cela ont un bien piètre respect de
leurs ainés, et je ne comprends pas comment la municipalité a pu laisser faire cela.il faut croire que de toutes ces personnes aucune n'a jamais entendu les anciens parler de leur travail dans
cette usine, n'ont jamais regardé des photos de l'époque avec tous ces navires accostants, honte à tous, je souhaite que ce massacre de mémoire ne reste pas impuni, il faut dénoncer cet acte
imbécile, écoeurant.J'ai peur de revoir ce qu'il reste du port à mon prochain voyage. Je dédierais ma prochaine expo peinture à la chapelle St Anne en septembre à la mémoire de l'usine, à moins que
la chapelle soit aussi détruite d'ici là...je suis vraiment révolté! à bientôt

Jacques MADIC 26/02/2012 11:53

L’usine de Doëlan ? Qu’on la rase ! Quel patrimoine ? Celui qui a vu ma grand-mère être exploitée à la fin du XIX ° siècle ? Ou celui de mon grand-père, pêcheur à la sardine à la même époque,
dépendant de la voracité des usiniers ? Ou encore celui de mon père, à la sardine à Doëlan de 1958 à 1975 après avoir sillonné toutes les mers du globe et qui revenait à la maison mécontent parce
qu’il y avait trop de poisson et que les usiniers proposaient des prix dérisoires ? Le prix de la boîte de conserve ne variait pas, elle ! Alors,
« du passé faisons table rase » (Eugène Pottier 1871) ! La cheminée ? Belle image de la domination de classe ! J’ai vu* détruire la cheminée de la coopérative de Lorient pour faire place au Lycée
destiné à façonner les cerveaux nécessaires à l’État français ; mais après tout ce n’était qu’une coopérative ! Que ce chancre ait disparu du paysage de Doëlan me soulage la vue.
Ce qui m’inquiète, c’est la suite. Il est probable que la collusion entre les politiques de tous bords, promoteurs, constructeurs et autres « acteurs du tourisme » accouche d’une horreur du même
acabit que celle qui disparaît.
*détruite en période de vacances scolaires.
Jacques MADIC

Evelyne Dumont 19/02/2012 17:43

Je suis navrée. Effectivement, la fonction sans le nom aurait suffit pour un texte sur internet. Une fonction très lourde je le sais parfaitement, surtout avec le passif local des précédentes
mandatures à propos d'urbanisme. En l'occurrence j'ai beaucoup de respect pour votre droiture (si je peux me permettre l'expression pour une personne "de gauche" !)dans l'affaire évoquée plus
haut.
Cordialement.
ED